SCRUM sprint planning

SCRUM : La réunion de planification du sprint

C’est sans aucun doute l’une des étapes les plus essentielles d’un projet scrum. En quoi consiste-t-elle exactement ? Quelle est son organisation ? Autant de questions auxquelles nous essaierons d’apporter une réponse.

 

Quel est le rôle du Product Owner (PO)

 

Le principal rôle du PO ici, c’est de s’assurer de trois choses importantes durant un projet :

  • que la réunion se tienne ;
  • qu’elle considère les objectifs ;
  • qu’elle répond effectivement aux deux questions que sont : qu’est-ce qui peut être réalisé dans ce sprint ? Comment changer les éléments du product backlog que l’on a choisi en un incrément terminé ?
    À travers cette planification, le PO vérifie également que ce rassemblement aidera bien les équipes à honorer la time box. En outre, il doit aussi s’assurer que chaque participant a bien compris le sens et l’intérêt du rassemblement.

 

 Comment préparer cette réunion ?

 

Pour la préparer, il convient de :

  • définir le but du sprint : il s’agit ici de montrer la faisabilité de l’architecture considérée ;
  • définir son périmètre : définition des éléments du backlog de produit qui vont être réalisés ;
  • identifier les tâches à partir des éléments choisis : ici, chaque élément de backlog de produit choisi est divisé en tâches ;
  • estimer les tâches : il est recommandé d’avoir des tâches assez fines afin qu’une estimation ne dépasse pas 16 heures ;
  • attribuer les tâches : après la définition des activités, les participants vont se les affecter ;
  • obtenir l’engagement de l’équipe : il est préférable que l’équipe s’engage de façon collective sur le backlog.

 

 Comment se déroule-t-elle ?

 

  • L’équipe se met dans le cadre du rush présenté par le PO ;
  • pour chaque story (en commençant au début), l’équipe chercher l’accord avec le PO sur les conditions qui assureront sa fin ;
  • pour faciliter l’exécution de la story, on prépare l’essaimage et on accomplit l’identification des tâches de la story ;
  • en fonction de certains paramètres (ordre établi par le PO, disponibilité des participants), l’équipe détermine le nombre de stories réalisables et prend ensuite un engagement sur l’objectif proposé par le PO ;
  • le rush est alors lancé et chaque participant travaille sur la (les) story(ies) à réaliser en premier.
    Que faire à la suite ?

Après le rassemblement, le PO maintient un graphique qui donne une excellente vision de ce qui a été réalisé et du rythme du travail de l’équipe. Ce graphique permet d’anticiper si toutes les stories seront terminées ou non à la fin de l’itération.

 

 Quelles sont les choses à éviter ?

 

Sur l’état du backlog de produit au lancement du rassemblement :

  • le backlog de produit n’est pas arrangé par priorité (absence de planning de release) ;
  • tout ce qu’il y a à faire n’y apparaît pas ;
  • absence d’estimation.

Durant le rassemblement :

  • le directeur de produit n’est pas en mesure de répondre aux questions posées ;
  • l’équipe réalise trop d’éléments du backlog ;
  • les éléments ne sont pas décomposés assez finement en tâches ;
  • le rassemblement n’aborde pas les aspects conception ;
  • pas assez d’engagement de la part de l’équipe.

À la fin du rassemblement :

  • aucun participant ne sait réellement ce qu’il va faire à la sortie du rassemblement.

 

Les autres réunions :

 

La mêlée quotidienne

La revue de sprint

La rétrospective

 

3 commentaires sur “SCRUM : La réunion de planification du sprint

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *