Retour sur investissement ROI

ROI : Comment et pourquoi le calculer

Dans le domaine de l’investissement et de la gestion de projet, le retour sur investissement est une notion-clé. Également appelé « ROI » ou « return on investment », il s’agit d’un indicateur permettant d’évaluer le niveau de rendement (effectif ou potentiel) d’un investissement ou d’une mise.

Le manager ou chef de projet doit ainsi jongler au quotidien avec cet indicateur. Pour autant, lui appartient-il de l’évaluer ? Quelle est sa part contributive dans la surveillance du ROI ? Décryptage !

 

Retour sur investissement : pourquoi le calculer ?

 

Le retour ou (également appelé) rentabilité sur investissement est utile à bien des égards. Cet indicateur permet en effet d’évaluer a priori et a posteriori la rentabilité passée ou la rentabilité à venir, d’un investissement.
A posteriori d’abord, cela permet de mesurer l’indice de rentabilité d’un investissement : il pourra s’agir par exemple de mesurer les effets positifs d’une campagne publicitaire sur la vente d’un produit.
A priori, il s’agira d’aider le manager dans sa prise de décision, c’est-à-dire avant même d’investir concrètement.

 

Retour sur investissement : comment le calculer ?

 

La rentabilité sur investissement (ROI) se calcule d’une manière a priori relativement simple. Il s’agit de mesurer le ratio entre le montant investi et le gain net perçu à l’issue (ou à percevoir) de l’opération d’investissement. Il faut savoir que la rentabilité sur investissement s’évalue en pourcentage.
Concrètement, pour mesurer ce niveau de rentabilité d’un investissement, il convient tout d’abord d’évaluer le gain net dégagé de l’opération d’investissement. Pour cela, il y a lieu de faire la soustraction entre les gains perçus et ce qu’a coûté le projet. Ce gain net obtenu doit ensuite être divisé par le montant investi.
Force est toutefois de constater que la rentabilité sur investissement est un indicateur qui est loin d’être complet ou exhaustif. En effet, il ne peut prendre en compte l’intégralité des données nécessaires à une bonne estimation de la rentabilité : il y a notamment d’autres facteurs tels que l’inflation et la rentabilité non financière (impacts positifs d’un investissement en termes de travail, en termes d’image de marque etc).
Néanmoins, cet indicateur reste pertinent pour avoir un aperçu plus que correct, de la rentabilité présente ou à venir, d’un investissement.

 

Le rôle du manager dans le cadre du « return on investment »

 

Le manager a un rôle essentiel à jouer dans le cadre de l’évaluation de la rentabilité d’un investissement (ROI). Il doit en effet convaincre les instances décisionnelles (à commencer par la direction administrative et financière) du bien-fondé d’un investissement.
A cet effet, le manager a en charge de calculer le niveau de rentabilité d’une opération et d’en convaincre les décideurs. Il est ainsi non seulement le garant des chiffres attendus de l’opération d’investissement mais il doit en sus, s’assurer que le seuil de rendement de l’opération ne chute pas de manière trop inattendue.
Autrement dit, le manager doit prévoir un seuil de rendement qui ait une courbe constante et qui ne réserve pas de mauvaises surprises à court, moyen et long terme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *